Press "Enter" to skip to content

Sidi Ifni, entre mer, montagne et grand Sud

La région de Sidi Ifni est le berceau et le bastion des Aït Baâmrane, puissante confédération de tribus berbères célèbre dans tout le sud marocain pour sa lutte dans les années 1930 contre les envahisseurs tant français qu’espagnols puis durant la guerre d’Ifni, ‘la guerra olvidada’ espagnole, en 1957/1958.

Concédée à l’Espagne par un traité hispano-marocain de 1767 pour y créer des pêcheries de sardines, son développement date réellement de 1934 lorsque le général Franco décide de faire de cette enclave une base militaire stratégique. Il faut attendre juin 1969 pour qu’Ifni soit enfin marocaine, puis 2010 pour qu’elle se libère de la tutelle provinciale de Tiznit

De ses années espagnoles, elle garde la structure coloniale, d’un quadrillage de rues et d’avenues débouchant sur la grande place centrale de forme ovale, architecture urbaine dont les bâtiments ont gardé le style art déco très en vogue dans l’Espagne des années 1930.

L’ancienne cathédrale reconvertie en tribunal, son presbytère devenu bibliothèque, l’ancienne amirauté, le phare ainsi que de nombreuses maisons aux jardins arborés et fleuris bordant l’avenue Mohammed V sont toujours là pour rappeler cette époque. Haut lieu de l‘animation citadine, la place Hassan II, ex Plaza de España offre une vue splendide sur l’océan…

Sans compter le port excentré du côté sud de l’aéroport, Sidi Ifni, possède deux quartiers. L’un, ancien, autour de la place Hassan II où sont concentrés la plupart des services et des infrastructures hôtelières ainsi que le marché municipal.

L’autre quartier est quant à lui séparé d’un bon kilomètre du centre ville par les avenues El Houria et Al Qouds. Ici se trouve notamment la poste, la grande mosquée et le jardin public Annasr, des cafés restaurants ainsi que des cybers toujours utiles.

L’activité principale de Sidi Ifni reste son port avec la pêche traditionnelle. Sardines, daurades, courbines y sont débarquées dans l’après midi suscitant une grande animation alentour, du port au marché, puis à la ville qui s’éveille en fin d’après midi.

La douceur de son climat hivernal, la proximité de grandes et belles plages de sable blanc, entrecoupées de hautes falaises ocres, d’arches naturelles et petites criques sympathiques, font de Sidi Ifni une destination prisée par un tourisme varié.

L’immense et bien nommée Plage Blanche au sud, attirent de plus en plus d’amateurs d’activités balnéaires. C’est face au petit îlot d’El Gziral sur la plage Lazgira, à 10km au nord sur la route de Mirleft, que surfeurs et véliplanchistes aiment à se retrouver. Cette plage habillée d’arches naturelles créées par les flux et reflux océaniques, est autant un lieu de rendez-vous nautiques, qu’un site privilégié des pêcheurs amateurs ou sportifs.

Vous aimerez aussi :

Soyez le premier à partager cet article !

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.