Press "Enter" to skip to content

Le travail du cuir

D’où viennent, d’après vous, les mots « maroquinerie » et « maroquin » (ce porte-feuille dont rêvent les ministrables) ? Le travail du cuir compte parmi les plus vieilles traditions marocaines. Les techniques de travail varient selon les régions :

– à Marrakech, on le brode avec des fils de couleurs ou de fines lanières de peau (les filali)
– à Fès, les artisans sont réputés pour les dorures appliquées  sur les maroquins teints en vert ou en rouge
– à Rabat, on est plutôt spécialisé dans le cuir repoussé

Produit phare : les babouches. Elles sont toujours faites à la main, comme vous pourrez le constater dans le souk des maroquiniers de Marrakech. Les babouches pointues sont d’origine arabe. Les babouches à bout rond sont d’origine berbère. Cet achat est incontournable à Tafraoute. Les hommes en portent des jaunes; pour les dames, le rouge ou toute autre couleur sera de rigueur. La semelle, en gomme, est soit cousue, soit collée. Les babouches sans semelle sont conçues pour être portées chez soi et pas dans la rue.

Vous aimerez aussi :

Soyez le premier à partager cet article !

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.