Press "Enter" to skip to content

Mariage marocain : Les préparatifs

Quinze jours avant la cérémonie de son mariage, la future épouse est censée se rendre toutes les deux nuits au bain pour les sept ablutions rituelles. La dernière seance, qui doit correspondre à la veille de son mariage, est marquée par la cérémonie du takbib (« lavage avec les seaux »). La fiancée arrive, escortée de parentes et d’amies. Elle est conduite en procession par les employées du bain dans la salle la plus reculée, au son de louanges au Prophète et de youyous. Les employées puisent l’eau dans les seaux d’eau tiède et versent l’eau sur la tête de la fiancée qui, à l’issue de cette purification, est ensuite censée être sous la protection des anges. Elle est alors revêtue de vêtements neufs et abandonne derrière elle aux employées du bain les vêtements portés à son arrivée, et qu’elle ne devait plus mettre. Il s’agit à la fois là d’un rite de purification et de passage. La jeune fille entre dans une nouvelle phase de sa vie, brisant net avec le passé.

Cinq jours avant la nuit des noces, dans la tradition du mariage marocain, les neggafates orchestraient le « nahar el-farch » (jour des matelas). Le jour des matelas, les marieuses préparaient soigneusement tout ce que la jeune fille devait emporter dans sa nouvelle demeure pour aménager la chambre nuptiale : sofas, coussins, tapis, tentures, étoffes, épingles, clous, anneaux de rideaux, etc. Elles s’y rendaient elles-mêmes pour aménager la chambre. Cette journée donnait lieu à des fêtes avec musiciennes dans chacune des familles.

Le jour précédant le mariage, après que la future mariée se soit purifiée au hammam, a lieu la cérémonie du henné à la maison des parents de la jeune fille (dar el-ors). Une spécialiste, la « hannaya », dessine des motifs symboliques de bonne fortune sur les mains et les pieds de la fiancée, afin de lui porter bonheur et prospérité dans sa vie future. Cette cérémonie est réservée aux femmes de l’entourage de la future mariée, qui peuvent elles aussi demander à se faire tracer de jolies arabesques censées porter chance sur leurs mains.

De nos jours, en ville, on tend de plus en plus à associer le fiancé et sa famille à cette fête, en général au moment du dîner.

Vous aimerez aussi :

Soyez le premier à partager cet article !

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.